- Cyanotype -
Format 20 x 20 cm

Auteur : Guy Belzane

> Visiter sa Galerie <
     A c c u e i l         G A L E R I E         A r t i c l e s         B o u t i q u e         F o r u m         C o n t a c t     

Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
17 Décembre 2018 à 01:51:39

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche :

Rechercher:     avancée
27740 Messages dans 2509 Fils de discussion par 975 Membres
Dernier membre: Maulock
* Accueil Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous
+  Disactis.com - Photographie Artisanale - Procédés Anciens - Prise de vue et Tirage
|-+  Les procédés Photographiques
| |-+  Les "non-classés"
| | |-+  héliogravure essai avec le D.A.S
« sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: [1] Bas de page Imprimer
Auteur Fil de discussion: héliogravure essai avec le D.A.S  (Lu 2220 fois)
hervesachy
*
Sexe: Homme
Messages: 14


WWW
« le: 27 Juillet 2018 à 10:28:51 »

Bonjour à tous,
suite à la fin de la libre utilisation des bichromates, depuis Septembre 2017 en Europe, et  comme il y a très peu de personnes pratiquant l'héliogravure à l'heure actuelle en France, si on veut que cette technique
 ( pourtant classée au patrimoine immatériel de l'Unesco ) ne disparaisse définitivement, je me suis donc essayé à utiliser le diazidostilbène ( utilisable en tirage charbon et phototypie ).
le premier essai montre bien qu'on peut reporter une gélatine sensibilisée au DAS et exposée aux UV sur une plaque de cuivre qui sera gravée ultérieurement. Je ne suis pas allé jusqu'à cette étape de la gravure au perchlo pour économiser une plaque de cuivre, mais la plaque de cuivre gélatiné se présente identique à celle préparée aux bichromates.
Néanmoins, il semble que l'adhésion au cuivre soit moins puissante. La gélatine exposée semble moins durcie qu'avec le Bichromate J'ai utilisé une solution de DAS à 2,5% , un révélateur eau oxygénée à 0,2 % et pour le dépouillement de l'eau chaude à 53 °C.
Je me demande donc si on peut améliorer l'adhésion si j'utilise du Permanganate de Potassium au lieu de l'eau oxygénee ?
j'ai vu que le KMnO4 est utilisé en tirage charbon et H2O2 en photoypie . Il me semble qu'il faut augmenter la puissance de polymérisation de la gélatine. Est ce qu'il existerait un catalyseur pour cette réaction?

Ci dessous : le lien vers l'image  : la couche de gélatine ( en partie) reportée sur le cuivre ( taille 7x8 cm )

https://i75.servimg.com/u/f75/14/58/27/15/ess1im13.jpg
Journalisée

ATELIER HELIOPSE
www.heliogravure.fr
Armand
*****
Messages: 984


WWW
« Répondre #1 le: 27 Juillet 2018 à 12:42:19 »

Hello Hervé,

Je ne suis pas d’un grand secours mais je tiens, néanmoins à saluer cette investigation.

Bravo.
Arm’d
Journalisée

MISONNE
*****
Messages: 2058


« Répondre #2 le: 27 Juillet 2018 à 13:59:45 »

Moi non plus ,  je ne connais pas bien le principe sur le processus du sensibilisateur de DAS ...
Bien qu'il est moins commode que celui de l'ancien sensibilisateur ...
il ne reste qu'a vous souhaitez bonne chance de votre essais ...  Grin
Journalisée
Meditant
***
Sexe: Homme
Messages: 218



WWW
« Répondre #3 le: 27 Juillet 2018 à 15:35:44 »

Bonjour,

J'utilise le DAS pour le charbon, je ne connais pas l'héliogravure, mais je vais regarder. J'avais des problèmes de décollement au debut j'ai réduit la température de dépouillement a 42°C et je fais une bonne base d'accroche pour le transfert. J'utilise pour la clarification la formule d'utrastable à savoir :

Stock clarification
Pour faire la solution de stockage de révélateur - Bain « A » :

* Eau à 43.3°C / 110°F          500mL
* Permanganate de potassium      3,2g
* Chlorure de sodium (sel de table)   7,5g

Solution de travail : diluer le bain A à 1:20 avec de l'eau froide.

Pour faire la solution de stockage de bain d'arrêt - Bain « B » :

* Eau à 43.3°C / 110°F         500 mL
* Bisulfite (Meta) de sodium      16 grammes
* Sulfite de sodium            16 grammes

Solution de travail : diluer le bain B à 1:20 avec de l'eau fraîche.

1 minute dans chaque avec un rinçage entre les deux a l'eau froide.

Si tu peux rappeler le protocole de l'héliogravure ça permettait de voir si ça ce rapproche d'autre technique, le DAS est utilisé en phototypie avec succès il doit donc y avoir possibilité.

Je reste a ta dispo si je peux t'aider, car le coté gravure m'intéresse aussi et si je peux t'aider !!!
Journalisée
hervesachy
*
Sexe: Homme
Messages: 14


WWW
« Répondre #4 le: 28 Juillet 2018 à 15:43:44 »

merci pour tous ces messages. Mon premier essai n'était pas 100 % réussi, mais les 3 suivants 100 % loupés : presque pas d' image, un gélatine qui se décolle mais ne se colle pas au cuivre

en gros l' hélio   c'est appliquer une couche de gélatine exposée sur une plaque de cuivre, gélatine + ou - épaisse selon qu'elle a reçu +ou - de UV
je n'ai pas besoin de bain d'arrêt, la polymérisation de la gélatine s'arrête quand on stoppe les  UV, le dépouillement à l'eau chaude enlève la gélatine qui n'a pas été insolée
ya plus de détail sur le site
http://www.heliogravure.fr

je vais essayer avec le permanganate comme revelateur
Journalisée

ATELIER HELIOPSE
www.heliogravure.fr
Meditant
***
Sexe: Homme
Messages: 218



WWW
« Répondre #5 le: 29 Juillet 2018 à 10:52:55 »

J'ai depuis lu un truc ou deux sur l'héliogravure et c'est proche du charbon transfert, il est possible que le DAS rendent la gélatine moins accrochante ou qu'il soit plus sensible et que du coup tu tannes légèrement toute l'épaisseur. Voire que les manipulations de coulage, sensibilisation soit effectuer avec une lumière qui ne soit pas assez inactinique et qu'il y ai léger tannage et du coup moindre accroche.

Je me suis rendu compte d'un léger voile sur mes charbons au DAS a causse d'une lumière inactinique jaune de labo que j'utilise avec divers procédés et qui voile très légèrement le DAS.

Le peroxyde et le permanganate (et le bain B) si j'ai tout compris on pour bute de tanner complètement toute la gélatine et d'éliminer le DAS restant, c'est plus des bains de clarification que de développement essai de faires quelques essais sans.
Journalisée
hervesachy
*
Sexe: Homme
Messages: 14


WWW
« Répondre #6 le: 01 Août 2018 à 10:43:24 »

Bonjour,
j'en suis à mon sixième essai d'héliogravure au DAS. Cette fois-ci, le résultat est meilleur  : j'ai toute l'image en gélatine transférée sur le cuivre. Il subsiste encore pas mal de "petits" défauts à savoir des micro-bulles coincées entre le film de gélatine et la plaque de cuivre. Je pense qu'il s'agit d'oxygène dégagée par l'eau oxygénée du révélateur. Après le bain de révélateur, je transfère la papier gélatiné sur le cuivre et je laisse sous une légère pression une quinzaine de minutes sous une plaque de plexiglas, à la fin de cette phase d'adhésion j'ai remarqué plein de petits bulles sous le plexi. Hier soir le révélateur était à 25 °C, je pense qu'il faut qu'il sorte du frigo pour éviter ce gaz
Après douze heures de séchage, la gélatine reste solidement accrochée au métal . J'ai même fait un essai de cuisson ( semblable à celle nécessaire à la pose d'une trame d'aquatinte à la résine ou au bitume )
jusqu'à 130 °C, et bien les micro-bulles n'ont pas fait éclater ou décoller la membrane de gélatine.
Sur l'image, on voit des trous dans la gélatine laissant voir le cuivre : cela s'est produit quand j'ai versé de l'alcool pour sécher la gélatine.
Conclusion : baisser la température du révélateur en dessous de 10°C, ne plus utiliser d'alcool au séchage, fixer une trame sur la gélatine fixée au cuivre et aller jusqu'à la gravure

Journalisée

ATELIER HELIOPSE
www.heliogravure.fr
Armand
*****
Messages: 984


WWW
« Répondre #7 le: 01 Août 2018 à 15:03:30 »

C'est super tout çà.

Je crois deviner une sorte de trame sur la gélatine, comme des rayons partant du centre de l'image vers les bords, c'est inclus dans l'image d'origine ?

A+
Journalisée

hervesachy
*
Sexe: Homme
Messages: 14


WWW
« Répondre #8 le: 01 Août 2018 à 15:37:54 »

En fait, on observe des traces d'oxydation du cuivre au contact de l'eau oxygénée du révélateur. Ces traces sont sur toute la plaque y compris sous la gélatine et j'espère qu'elles ne poseront pas de problème au moment de la gravure. je pense baisser la température du révélateur pour supprimer ou atténuer cette réaction. il se peut que cette oxydation soit encore présente dans les zones non gravées et viennent salir les blancs de l'image, mais on devrait pouvoir désoxyder le cuivre en surface
Journalisée

ATELIER HELIOPSE
www.heliogravure.fr
Armand
*****
Messages: 984


WWW
« Répondre #9 le: 01 Août 2018 à 20:42:45 »

Merci pour l'explication. Effectivement, c'est un paramètre à prendre en compte. Comme quoi, changer une équipe qui gagne ne se fait pas comme çà.

Bonne continuation,

A+
Journalisée

MISONNE
*****
Messages: 2058


« Répondre #10 le: 01 Août 2018 à 20:54:29 »

Ben comme le foot quoi !!!
Journalisée
hervesachy
*
Sexe: Homme
Messages: 14


WWW
« Répondre #11 le: 02 Août 2018 à 09:08:11 »

Ok, hier soir ya eu un petit orage, cela m'a lavé le cerveau : je rincerai à l'eau distillée après le bain d'eau oxygénée
Journalisée

ATELIER HELIOPSE
www.heliogravure.fr
Meditant
***
Sexe: Homme
Messages: 218



WWW
« Répondre #12 le: 02 Août 2018 à 10:09:52 »

Tu peux te passer des bains d'eau oxygénés pour voir si c'est bien de la que vienne le problème. En charbon ça fonctionne sans c'est juste pour la conservation.
Journalisée
Pages: [1] Haut de page Imprimer 
« sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.11 | SMF © 2006-2009, Simple Machines LLC XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
3605471 ème visite
113 visiteur(s) en ligne
289 visite(s) aujourd'hui
Disactis.com 2002-2018

Page générée en 0.09 secondes avec 20 requêtes.