Menu Principal

     A c c u e i l         G a l e r i e         A r t i c l e s         B o u t i q u e         F o r u m         C o n t a c t   

Info :

La modification des profils personnels semble engendrer des problèmes d'affichage.
Cette option ne sera plus disponible tant que la source du problème ne sera pas identifiée.
Les membres ayant provoqué malgré eux ce changement d'affichage irreversible, devront malheureusement pour le moment recréer un compte.

Quelques images de la Galerie :


- Cyanotype -
Format 25 x 16 cm

Auteur : David Tatin

> Visiter sa Galerie <


- Cyanotype -
Format 17 x 12 cm

Auteur : Pierre Blanchard

> Visiter sa Galerie <


- Gomme Bichromatée -
Format 27 x 27 cm

Auteur : Charles Guerin

> Visiter sa Galerie <

Sujets Récents

Une image :


- Cyanotype -
Format 10 x 27 cm

Auteur : Ferraro Mickaël

> Visiter sa Galerie <

Auteur Sujet: Oléotype sans Bichromate.  (Lu 128035 fois)

Re : Oléotype sans Bichromate.
« Réponse #375 le: 15 novembre 2016 à 20:42:42 »
Hello,

Il y a aussi un point à ne pas négliger. Le premier bain, avec la méthode bichro, doit avoir une température très fraiche aux alentours de 14/15°C. Ce que j'ai lu à ce sujet, c'est qu'on évite le risque d'avoir ses blancs qui se salissent. Depuis que je fait çà, je trouve qu'effectivement, j'ai moins de mal pour nettoyer les blancs.

Ensuite, l'exposition, sous un banc UV ou sous le soleil ?

Et enfin, l'encre, c'est bien de l'encre taille douce, assez dure pour les 2/3 premiers passages.

Je termine avec un test facile à effectuer. Ton papier encré, tu le trempes dans ta bassine et du caresse ton papier avec le bout du doigt ou un pinceau doux. Si les blancs ne viennent pas, il faut chercher en priorité dans les points cités ci-dessus.

Pour la gélatine qui se décolle, d'une part ton bain est trop chaud. 25°C, on s'approche lentement du point de fusion et la gélatine devient trop souple. D'autre part, j'ai eu ce problème aussi pour deux autres raisons : je tapais pas comme un sourd mais en tous les cas beaucoup trop ford et j'utilisais un pinceau beaucoup trop dur. Depuis que je me sers d'un blaireau, un vrai, pas une imitation et que j'y vais délicatement, plus du tout de soucis.

Bon courage,

Re : Oléotype sans Bichromate.
« Réponse #376 le: 16 novembre 2016 à 10:22:49 »
Oui premier bain à l'eau froide, celle qui sort du robinet.
Et comme il ne doit pas faire plus de 12° dans l'atelier, elle n'est clairement pas chaude.
Exposition avec tubes UV, pas une vraie insoleuse mais une lampe à bronzer le visage, que je positionne toujours à la même distance du châssis-presse.
Encre Charbonnel 55985. Devrais-je la durcir au noir de fumée ?
Ces histoires de plusieurs passages, c'est un autre point à éclaircir : parce que jusqu'à présent pour mes précédents essais plus réussis, si je refais tremper, ça me flingue tout, c'est moche...
Je vais retenter demain avec beaucoup moins d'eau oxygénée, et de l'eau de trempage à 18-20° maxi.

Jérôme

Re : Oléotype sans Bichromate.
« Réponse #377 le: 16 novembre 2016 à 21:02:54 »
Hello,

La 55985 est plus visqueuse que la 81. Je la considérerais comme dure, et par conséquent, çà va mais rien n'empêche de faire un essai avec un soupçon de pigments. Perso, après en avoir eu, je préfère la 81 que j'épaissie avec du pigment. Mais chacun ses trucs et ses préférences.

Ces histoires de plusieurs passages, c'est un autre point à éclaircir : parce que jusqu'à présent pour mes précédents essais plus réussis, si je refais tremper, ça me flingue tout, c'est moche...

Cela me fait penser à un encrage trop généreux. Au risque d'enfoncer des portes ouvertes, il ne faut surtout pas trop charger d'encre le pinceau. Trop d'encre d'un coup et l'image est très dure à nettoyer. Ensuite, l'avantage du mélange avec du pigment, c'est qu'avec ce médium, en quantité légère, l'image monte tout doucement, de gris à peine visible au premier passage, ce gris se renforce petit à petit. Entre chaque passage, je retrempe. Ce n'est sans doute pas indispensable mais j'aime bien faire comme çà. D'une part, j'enlève les poils à chaque fois. D'autre part, je nettoie mes blancs à chaque sortie d'eau. Du coup, je mets sans doute plus de temps à faire monter l'image mais elle monte progressivement et intégralement. Et au bout de 4/5 passages à l'encre dure, je termine avec un peu d'encre douce, de la 81 pure. Et des fois je remets un peu de mélange 81/pigment lorsque le contraste ne monte pas.

Je repense à cette histoire du tout gris et je lis ton message. Tu nous dis que tu gélatine par trempage à 8%.
J'ai fait çà aussi, à 3% sur du papier Japon. Lorsque j'encolle deux fois + tannage puis trempage dans la gélatine , là, çà fonctionne bien.
J'ai essayé sans encollage, directement la gélatine par trempage et utilisation, c'est vraiment pas top. Je pense que le hic du trempage en une seule fois, c'est que la couche de gélatine n'est pas suffisante.

Pour faire du report d'encre, j'ai pompé la recette préconisée sur le site de phototypie et je prépare classiquement une gélatine à 10% et je dépose un volume multiple de 7,5 x 1 (10cm) x 1 (10cm), donc 7,5 ml pour un carré de 10X10 cm. Çà fait un beau ménisque sur tout le bord du papier avec une épaisseur aux environs des 2 millimètres. Il faut tremper ton papier dans de l'eau chaude 45°C et chauffer ta plaque support également à 40/45°C. Sur la plaque, bien horizontale, chaude, on dépose le papier humide. On l'éponge et on coule la qualité exacte de gélatine. Pas de bulle, une belle surface et qui sèche en une demi journée. Après séchage, çà tuile sérieusement. Je trempe jusqu'à ce que le papier soit détendu et je le plaque le côté gélatiné sur un pléxi et je maroufle de manière à chasser les bulles d'air. Après séchage le papier se décolle bien et est bien plan.

Avec ce genre de gélatinage, une seule couche semble suffire, on a un beau relief et je n'ai pas de soucis de pelage/usure.

Bon courage,

A+