Menu Principal

     A c c u e i l         G a l e r i e         A r t i c l e s         B o u t i q u e         F o r u m         C o n t a c t   

Quelques images de la Galerie :


- Ambrotype -
Format 10 x 12 cm

Auteur : Sidney Kapuskar

> Visiter sa Galerie <


- Van Dyke -
Format 20 x 25 cm

Auteur : Gilles MARTIN

> Visiter sa Galerie <


- Ambrotype -
Format 13 x 18 cm

Auteur : Vincent Martin

> Visiter sa Galerie <

Sujets Récents

Une image :


- Cyanotype -
Format 19 x 26 cm

Auteur : Pierre Blanchard

> Visiter sa Galerie <

Auteur Sujet: J'ai besoin de commentaires techniques sur mon 1er tirage pas totalement raté  (Lu 8162 fois)

danielha

  • **
  • Sexe: Homme
Bonjour à tous,

J'avais déjà péniblement débuté avec le Chiba et je ne suis déjà pas allé bien loin. Je ne serais pas capable de vous expliquer pourquoi je tente du transfert charbon avec du DAS ! Pourtant j'y suis jusqu'au cou :-)

Jusqu'à présent je luttais déjà sur le transfert. au final, rien ne restait sur mon papier final. J'ai fini par suivre le conseil avisé du Bostick & Sullivan sur le charbon : pour les débutants, utiliser du papier photo pour imprimantes à jet d'encre qui soit microporeux. Et ça marche ! Au 2e test, j'ai enfin de la gélatine qui accroche sur le papier.

Reste que le tirage est encore une horreur :-) J'ai des réponses pour une bonne partie des défauts que je vois sur le tirage ; certainement pas la réponse à tous les défauts. Brefs, si vous vous sentez l'âme d'un critique explicateur, ne vous gênez pas à venir poser votre pierre à l'édifice.

Ce que je vois :
- Manque de densité : je n'avais pas assez de noir dans mon glop. Facile à voir dès l'étalage du glop, il y a une transparence qui n'est pas la bienvenue. J'augmenterais progressivement mon dosage de noir dans mes prochains tirages.
- Tâches jaunes sur certaines zones : Est-ce que c'est le DAS qui produit les tâches ou est-ce la gélatine ? Là, j'avoue être sans piste à suivre.
- Adhérence imparfaite de la couche de gélatine : J'imagine qu'il y a 2 pistes à suivre : améliorer mon transfert tissue -> papier final (température du bain pour le transfert, trouver le bon temps de mouillage du papier final, durée et force de pressage tissue-papier final). Durée d'insolation pas encore bien étalonnée (je pense que je dois peut être insoler un peu plus longtemps).
- Le centre le la photo a l'air moins net que les bords : J'utilise un cadre photo à vil prix comme presse pour l'insolation. La "planche" qui sert le tissue et le négatif n'appuie peut être pas suffisamment sur toute la surface. A investiguer !
- J'ai de belles bulles un peu partout : J'ai pourtant pris tout le temps nécessaire pour préparer mon glop et filtré la solution afin d'éviter la formation de micro bulles. Je peux certainement améliorer ma recette et le filtrage.

Question complémentaire au sujet du séchage ! J'étale 100 ml de glop sur mon support temporaire. Cela me donne à peu près 2 mm d'épaisseur de mélange avant séchage. Après 18 heures de séchage j'ai encore un peu de souplesse lorsque j'appuie sur le tissue. Est-ce que le séchage est alors suffisant ou est-ce que je dois attendre que la glop durcisse encore ?

Tout commentaire complémentaire sera bien sur le bienvenu :-)

Daniel


Hello,

Je ne pratique pas le charbon, je ne répondrai que sur des détails.

Pour éviter les micro-bulles, il y a la piste de l'alcool mais aussi, je dirais que de laisser refroidir let figer a gélatine liquéfiée puis de la chauffer à nouveau élimine ces micro-bulles. Il faut éviter de touiller trop énergiquement.

Ensuite, je suis étonné de cette épaisseur de 2 mm avant séchage. Je trouve ça énorme mais c'est peut-être normal.

Sinon, Philippe Berger, belge, édite un fascicule sur le procédé charbon.

Armand

danielha

  • **
  • Sexe: Homme
Bonjour Armand,

Je vais tester ta suggestion et voir si cela améliore ce souci de micro bulles. Merci pour la suggestion.

Je suis d'accord avec toi sur la question de l'épaisseur de mélange sur mon support temporaire. J'ai l'impression que ceux qui réussissent sont plutôt aux alentours d'un millimètre d'épaisseur avant séchage.

Au départ j'avais des temps d'insolation nettement plus importants et j'étalais de l'ordre d'1 mm de mélange. Je pense que je finissais avec toute ma couche de gélatine durcie et très accrochée à mon support initial. En augmentant la quantité de mélange sur le support initial je me dis que cela laisse un peu plus de facilité pour décrocher le support initial (l'eau à 42° peut alors plus facilement dissoudre la couche la plus proche du support initial). Je ne suis en rien certain du bienfondé de cette théorie :-)

J'ai aussi lu quelques messages mentionnant l'utilisation de l'alcool (type isopropylique) pour éviter les bulles. Mais de mémoire, cela concernait le bi-chromate et le fait de faire un bain pour sensibiliser la couche de gélatine. Je vais me replonger sur le sujet :-)

Prochain test certainement demain :-)

Merci encore pour ton aide,
Daniel

Meditant

  • ****
  • Sexe: Homme
Bonjour Daniel,

Pour reprendre, ta réflexion sur la quantité de pigment est bonne d'autant plus qu'avec le DAS il faut plus de pigments qu'avec le bichro.
Les bulles il faut que tu regardes si elles sont sur ton tissu ou si elles se produisent entre la gélatine et le papier destination, car ce n'est pas le même problème.
Si tu as ces bulles sur ton tissu sec, il faut ajouter de l'isopro dans ton glop avant le coulage et/ou amélioré ta procédure de désbullage du glop. Sinon c'est un problème de dégazage de nitrogène dû à une expo trop importante.
2mm c'est inutile le DAS bloque les UV par un phénomène de d'automasquage. Ce n’est pas grave, mais ça sert a rien si ce n'est que ça t'oblige a un temps de dev plus important pour dégager l'excès et que du coup ta gélatine fond, car trop humide.
La sensibilité du DAS dépend du taux d'humidité donc essaye d'avoir toujours un taux proche pour tes essais.
Si ça fond il faut moins l'humidité et une température de dev plus basse, la gélatine est beaucoup plus fragile avec le DAS qu'avec le bichro...
Prépare bien ton papier réception c'est important !

Franck

"Tâches jaunes sur certaines zones"
 Traces de DAS, sans certitudes, je bichromate mais j'ai vu ça et là ce même problème y compris avec du bichro, dans les archives du forum il doit y avoir quelque chose la dessus (clarification DAS).
"J'ai de belles bulles un peu partout"
Totalement d'accord avec Meditant et Armand, je prépare mon glop en amont (je lui laisse le temps de figer) le réchauffe et ajoute quelques gouttes d'alcool isopropylique.
"Après 18 heures de séchage j'ai encore un peu de souplesse lorsque j'appuie sur le tissue"
Il faut laisser sécher complètement, je n'ai pas l'expérience du DAS (le bichromate n'étant appliqué qu'ensuite) mais mon tissu met plus de 48 heures pour sécher (c'est humide par chez moi !).

Bon courage !

LauRent.

danielha

  • **
  • Sexe: Homme
Bonsoir Franck,

Nous sommes d'accords sur la quantité de pigment :-) Je vais augmenter progressivement mes dosages.

En regardant attentivement le tirage, j'ai l'impression que les bulles se trouvent entre la gélatine et le papier de destination (elles sont fermées à l'extérieur par un très mince film de gélatine). Je ne les ai pas vues se former lorsque j'ai trempé mon papier dans le bain de transfert. Je ferais plus attention la prochaine fois (et bien sur je vais aussi surveiller la préparation de mon glop).

OK pour l'épaisseur du mélange sur le support initial. Par contre, ce qui m'inquiète c'est que ma gélatine semble fondre très vite dans mon bain de tirage. Mon eau est à 42° / 42.5° (vive les thermomètres de cuisine). Dans la première minute je vois les bordures du tirage commencer à fondre (mon support initial est une feuille de polypropylène transparente) et cela se propage assez vite vers le centre de la feuille. Je ferais mes prochains essais à 41° puis 40°.

Je vais voir comment gérer la question de l'humidité ambiante ! Remarque avec le temps pluvieux et un chauffage de ville un peu trop fort... je ne sais pas comment éviter d'ouvrir mes fenêtres...

Mon papier de réception est un papier photo Canson pour imprimantes à jet d'encre. Il est déjà magistralement préparé par Canson. Il est recouvert d'une couche "gélatinée" brillante (je ne pourrais pas dire exactement quel produit est utilisé pour faire cette couche) pour le moins magnifique. Pour l'instant je vais rester avec ce papier. Au moins j'ai quelque chose qui tient dessus. Avec mes autres papier (Arches Aquarelle et Canson Mix Media), j'ai beau faire, mes préparations (colle PVA, gélatine durcie ou non...) se terminent avec la gélatine dans l'eau... Je crois qu'il y a assez de paramètres pour le moment pour éviter d'ouvrir un nouveau front :-)

Merci pour ton aide,
Daniel

danielha

  • **
  • Sexe: Homme
Bonsoir LauRent,

Pour les tâches jaunes, j'avoue que je sais qu'il y a pas mal de lecture sur le forum. J'en ai lu une partie mais j'ai un peu oublié ce que j'ai lu. Donc je sais qu'il faut que je joue avec la fonction de recherche du forum :-)

Je vais suivre ton conseil et donner plus de temps au tissue pour sécher.

Question pour le futur. Lorsque j'aurais stabilisé mes dosages pour faire mon glop, est-ce que je peux en faire un petit stock et le conserver au frais / au froid / au congélateur ?

Merci pour ton aide,
Daniel

Hello,

Tu dis que ton papier de réception est brillant, j’aurais plutôt pris du mat pour une meilleure accroche. Mais je dis peut-être une bêtise.

Armand

danielha

  • **
  • Sexe: Homme
Bonjour Armand,

Tu as certainement raison. J'en suis resté à ce qui est écrit dans le document de Bostick & Sullivan : il faut choisir un papier photo jet d'encre qui soit microporeux pour que la gélatine tienne. Quand je suis allé à la boutique Rougier & Plé à proximité de chez moi, il y avait du papier brillant en promotion (30 feuilles au prix de 20). Je n'ai pas spécialement cherché plus loin. Ma gélatine accroche sur ce nouveau papier. J'ai donc une base de travail à améliorer.

Au jeu des petits tests successifs avec un nouveau produit, j'ai certainement dépensé plus qu'escompté ! Donc pour le moment je vais me concentrer sur le papier brillant :-)

Si quelqu'un dispose de quelques feuilles de papier photo jet d'encre mat / satiné ET microporeux, le test est intéressant à faire. Je veux bien payer le timbre si l'on m'envoie une ou deux feuilles à tester. Mais au prix de la moindre ramette de 20 feuilles pour ce type de papier, je n'irais pas faire un achat supplémentaire.

Comme toujours, tu nous permets d'élargir notre point de vue :-)

Daniel

Hello,

J’ai du papier hahnemühle bambou mat.
Quel format te faut-il ?

danielha

  • **
  • Sexe: Homme
Armand,

Je travaille en A4 (difficile de faire plus grand quand le labo se réparti entre une mini salle de bain, le salon et un cellier). Ceci étant dit, je me suis fendu d'un coup de fil chez Hahnemühle France et j'ai été accueilli très chaleureusement. Mon interlocuteur (Julien) m'a très vite proposé de m'envoyer 3 feuilles A4 de papier Bamboo mat pour que je teste ! Avec de la chance je devrais recevoir cela mercredi :-)

Bref, j'ai juste le temps de faire 2 tirages de tests supplémentaires pour améliorer la densité de noir, les bulles, la durée d'insolation... et faire en sorte d'utiliser au mieux ces quelques feuilles :-)

Merci de m'avoir proposé d'utiliser ton papier :-)

Daniel

Parfait,

Tu verras que ce papier est superbe. Après, conviendra-t-il pour le charbon, à voir.

Armand

danielha

  • **
  • Sexe: Homme
Bonjour à tous,

Bon, en attendant le papier Hahnemühle, je travaille d’arrache-pied pour améliorer mon travail.

Tirage du jour :
- L'adhérence n'est pas encore parfaite... loin s'en faut. Cela dit, je commence à comprendre que mes conditions de travail compliquent les choses. Il faut que j'améliore le passage de raclette pour enlever le trop plein d'eau du papier après trempage et surtout que je trouve un moyen de presser le papier sur la gélatine qui soit un poil plus efficace.
- J'ai toujours des bulles. J'ai oublié le filtrage du glop avant d'étendre sur ma feuille de polypropylène. Dont acte. Et surtout, j'ai encore une durée d'insolation un peu trop importante.
- Insolation un peu trop longue. Une partie de la gélatine ne veut pas se détacher du polypropylène dans le bain chaud. J'ai réussi à séparer gélatine et polypropylène avec force et délicatesse (exercice périlleux pour moi). La gélatine ne fondait pas dans le bain chaud (départ à 41° puis augmenté jusque vers 45°). Il m'a fallu utiliser le Hake pour enlever la masse de gélatine inutile. On voit sur les bords du papier que j'ai du insister dans le bain pour essayer de faire fondre la gélatine...

Mon noir n'est pas encore très profond. Est-ce que je dois encore augmenter mes pigments ou est-ce que le dosage de DAS peut apporter une amélioration ?

Lors du séchage de la gélatine sur le polypropylène, un trou s'est formé au milieux. C'est la première fois que cela m'arrive. L'étendage de la gélatine sur le polypropylène me semblait pourtant propre. Est-ce que vous avez une idée pour éviter que cela se reproduise ?

Ma recette :
Eau               50,00 g
Gélatine 240 Blooms   5,50 g
Sucre            2,20 g
Pigment            1,00 g
DAS               0,35 g (peut être un peu surdosé)
Alcool isopropylique      1 ml

Tout commentaire sera toujours le bienvenu :-)

Bonne journée à tous,
Daniel

Hello,

Je ne me souviens plus si cela a été abordé. Lorsque cela est nécessaire, je filtre ma gélatine avec une chaussette pour femme fait en nylon comme les bas et/ou collant.
Toutes les micro-bulles sont ainsi éliminées et le bas se nettoie bien â l’eau chaude.

Ici je parle uniquement des micro-bulles qui peuvdnt persister lors de la fusion de la gélatine et pas de celles qui apparaîtraient dans la phase de dégazage (?).

Ton polypropylène doit être tout lisse. D’une part il faut bien le dégraisser, d’autre part, tant que la gélatine n’a pas commencé à figer, tu peux insister avec un peigne pour la forcer à combler le trou. Sinon, tu peux également dépolir la surface de manière à ce qu’il y ait une meilleure accroche.

La polymérisation de la gélatine sous UV ne se fait qu’en surface. J’en veux pour preuve la technique lue récemment consistant à insoler à l’envers de la gélatine déposée sur du verre. En phototypie, un des supports possible est le verre. Or, la gélatine sur le verre n’a pas une accroche formidable si bien que, lorsqu’on encre au pinceau et/ou qu’on passe sous presse ensuite, la gélatine se décolle. La solution consiste à insoler la gélatine qui est directement en contact avec le verre de telle sorte que l’eau ne s’inserre plus entre la gélatine et le verre. Cette opération ne perturbe en rien le travail classique sur la partie aérienne de la gélatine.

Toute cette explication pour dire qu’une insolation trop importante jouera sur la tonalité du tirage mais pas sur l’adhérence gélatine/support.

Armand

Meditant

  • ****
  • Sexe: Homme
Tu peut ajouter un peut de glycerine dans ton glop, ca permet de garder de la souplesse avec le DAS vue que tu n'a pas de sensibilisation par "mouillage". Tu peut aussi réduire suivant ton taux l'humidité la sucre, si tu as trop d'humidité ca accroche mal et ca fond....
Pour le DAS je suis en general entre 0,3 et 0,6%.
Pour le séchage avant dépouillement je passe simplement un rouleau et j'attend pas de presse et ca tiens bien donc ton problèmes est ailleurs.
Mais pour les pigments tu peux en ajouter, mais traite un problème a la fois !
A ta place je commencerait par le problème de l'adherence. Contrairement au bichro, je n'ai jamais eu d'insolation qui traverse le tissus, meme avec des temps énorme. Je pense que ton problème vient d'hydratation, le gros du truc c'est d'avoir suffisamment d'humidité pour que la gélatine non insolé fonde mais pas trop pour qu'elle fonde complètement et n'accroche pas au papier reception.

Bon courage ca vient !
Franck