Info :

Lien vers la Boutique :

Boutique en Ligne

Sujets Récents

Obtenir de la densité dans les basses lumières

Démarré par Michel Glaize, 23 Novembre 2022 à 18:58:58

« précédent - suivant »

Michel Glaize

Bonjour à chacun ... et félicitations pour ce travail partagé. Un très grand merci en particulier à Charles Guerin et Didier Derien pour rendre la pratique tellement plus accessible.

Préparant un nouveau projet d'installation de grande taille utilisant la photo, entre numérique et procédés anciens, j'aimerais vraiment privilégier le Chiba pour son approche DIY et écologique. Et, pourquoi pas l'option Leimdruck. Jusque là, tout va bien.

La contrainte principale liée à ce projet particulier est que j'ai besoin de travailler sur un papier extrêmement léger. Après de très nombreux essais, le papier de chanvre (9 gr/m2, fibres très longues) me semble être vraiment le meilleur support possible, avec des limites en particulier liées au fait que je dois quand-même réduire au minimum le nombre de manipulations humides ou que la finesse du papier m'interdit une seconde insolation (plus de superposition exacte au négatif). Donc une seule couche pigmentée est jouable.

J'avance donc et je sens bien que je suis dans une bonne direction technique. Cependant le meilleur compromis auquel ces essais m'ont conduit, entre épaisseur de la couche, concentration en pigment et temps d'insolation donne des images vraiment trop peu denses en noir. Je bute là-dessus et je pense que ça peut être intéressant d'en parler ici et même m'aider à trouver l'issue.

Mon protocole :

- 1 encollage à la colle de poisson citratée, sans pigment / Séchage / 3 mns d'insolation / Polymérisation / Rinçage à l'eau tiède / Séchage

- 1 encollage (rouleau) de la solution aux proportions préconisées par Charles Guérin. Cependant j'ajoute le citrate au tout dernier moment pour écarter la possibilité d'une réaction avec la colle.
Concentration du pigment : 125 g/l (soit 20 g/ 160g de solution prête à l'emploi).
J'utilise le pigment pur malgré la difficulté de conserver une colle pigmentée relativement homogène.
Après étendage, l'aspect n'est pas noir opaque mais je dirais 50%.
/ Séchage / Insolation maxi possible sans toucher aux hautes lumières = 15 mns / Polymérisation / Dépouillement / Séchage

Je pourrais poser ma question ainsi : comment gagner de la densité dans les basses lumières si on ne peut pas couvrir épais ni procéder en plusieurs couches additives ?

Merci de votre curiosité !

Armand

Hello,

Je vais peut-être dire une connerie mais puisque les couches doivent être limitées, pourquoi ne pas remplacer l'encollage par une couche pigmentée ? Même si celle-ci reste un peu pâle car diffuse dans les fibres aux endroits de l'image, cela permettrait de renforcer tonalité et contraste, un peu comme un masque flou pour un négatif.

Pour ma part, j'ai réalisé des oléotypes sur papier japonais 9, 5 et 3 gr. C'est tout à fait réalisable. Ce qu'il faut avoir à l'esprit c'est qu'on perd tout le charme de la légèreté de ces magnifiques papiers. Si ce point n'est pas essentiel et que seule la texture ajourée à très ajourée est recherchée, alors je procède autrement. Je coule sur pvc ma couche de gélatine que j'insole, que j'encre. Puis, une fois l'image à satisfaction, je laisse sécher. Ensuite je passe une fine couche de colle d'amidon et je pose le papier par dessus sans marouflage. Ainsi, le papier semble flotter par endroit au dessus du tirage.

Armand

Michel Glaize

Merci Armand, vous m'ouvrez une fenêtre. Je vais essayer et ferai un retour ici. Il y a quelques mois j'avais repéré une technique voisine -avec du bindex à la place de l'amidon- mais sans faire le rapprochement aujourd'hui : https://www.beauxarts.fr/blog/comment-transferer-image-ou-photo-sur-toile-n9

Si j'ai bien compris votre suggestion, pigmenter légèrement la couche d'encollage ne ferait cependant que voiler mon papier au moment du tannage par insolation (sans négatif).

Par ailleurs mes essais m'ont au contraire rendu heureux devoir comment mon papier (papier de chanvre ou "Chanvre de Manille") est mis en valeur, ce qui est très important pour moi.

Reste que je ne m'explique pas comment il est possible d'obtenir des noirs profonds en une seule insolation si l'encollage ne peut pas être noir-noir sous peine de faire écran aux UVs. Je vais faire un nouvel essai en forçant la concentration du citrate pour chercher à contraster et la durée de l'insolation pour tirer le maximum de profit de ma couche à +/- 50% de noir.

À suivre donc, surtout si mon post attire l'attention des uns ou des autres. Merci beaucoup Armand.

Michel

Armand

Hello,

Pas tout â fait, je pensais à la première couche en l'insolant sous le négatif. Il y aurait déjà une image, même faible qui permettrait d'augmenter densité et contraste.

Armand

Armand

Je ne comprends pas trop ce que vous voulez dire avec votre encollage noir/noir. Vous parlez de la première couche ?

Michel Glaize

Hello,

Citation de: Armand le 24 Novembre 2022 à 16:31:29Je pensais à la première couche en l'insolant sous le négatif. Il y aurait déjà une image, même faible qui permettrait d'augmenter densité et contraste.

- Ainsi que je l'ai évoqué, cette possibilité n'est pas permise par ce papier très fin. À cause de son manque de tenue il est impossible de superposer au calque une précédente exposition avec précision.
Pour en rester à ce papier-ci (chanvre 9g/m2), je pense que votre suggestion de transfert via de la colle d'amidon depuis une feuille de plexiglas exposée et insolée est une piste très intéressante et je suis preneur de toute précision technique que vous pourriez ajouter, éventuellement sous forme de liens.

Citation de: Armand le 24 Novembre 2022 à 16:34:02Je ne comprends pas trop ce que vous voulez dire avec votre encollage noir/noir. Vous parlez de la première couche ?

- Ma question, indiquée dans le titre du topic, est plus généralement : quel que soit le papier ou autre support, comment obtenir du vrai noir en une seule couche pigmentée si techniquement celle-ci ne peut pas être 100% noire (= trop épaisse ou trop pigmentée) sous peine de stopper les UVs à la surface et, comme le dit joliment Didier D  (topic=2754.0), : "ça décroche par en dessous et ciao !... " (je confirme  :cry: ) ?

Ou aurais-je mal interprété les différentes recommandations de protocole ?

Christian R

J'ai (souvent mais pas toujours) obtenu des noirs très denses en 1 couche avec du NOIR POUR FRESQUE de chez Senelier

Armand

Hello,

Dans le cas de l'oléotypie sur verre, je me suis inspiré de ce qui se pratique en phototypie afin d'éviter le décollement de la gélatine de son support en verre. Une fois exposé sous le négatif, je retire ce dernier, je retourne la plaque de verre de  manière à insoler le dos, la surface de gélatine en contact direct avec le verre.

Peut-être qu'il faudrait étudier cette piste, surtout avec un papier de 9 gr qui doit être très fin et assez translucide. Comme ça la couche pigmentée devrait mieux adhérer au papier. J'en suis presque sur avec de la gélatine, moins avec la colle mais à essayer.

Si ça fonctionne, je ne vois pas pourquoi en chargeant plus de pigment et en exposant plus longtemps la densité des noirs n'augmenterait pas.

Dans ce que j'exposais pour la première couche, je précise que je coule ma gélatine sur une feuille de pvc de 5mm pour la rigidité. Lorsque la gélatine commence à figer légèrement en surface je dépose mon papier qui y adhère instantanément. La difficulté réside dans ce moment. Si la gélatine est trop liquide, le papier japonais de 3 et 5 gr se rétracte comme une peau ridée. L'effet peut être agréable, tout dépend de ce que l'on recherche.
Une fois la gélatine sèche, j'insole et j'encre, le sandwich gélatine/papier toujours sur la feuille de pvc. Je ne le décolle que lorsque tout est fini.
Pour vous, vous pouvez procéder de façon identique, étaler la première couche de gélatine ou de colle + le papier, exposer et suivre la procédure sans jamais décoller le sandwich. Il gardera ses dimensions et vous pourrez repositionner le négatif pour la deuxième couche.

En ce qui concerne ma façon de faire avec la colle d'amidon, je ne me suis jamais filmé à l'oeuvre mais il n'y a rien de compliqué. Lorsque mon oléotype est encré et séché, j'attend environ une semaine que l'encre soit bien polymérisée. Je passe au pinceau doux la colle d'amidon assez diluée et rapidement je pose le papier dessus sans maroufler. De cette manière, il ne colle par uniformément, je préfère, question de goût. Mais il est concevable de le maroufler délicatement en tapotant plutôt qu'en balayant. Ces papiers sont très délicats. Une fois la colle séchée, j'utilise un racloir comme pour les plaques vitro-céramique afin de décoller une amorce de gélatine dans un angle du tirage et ensuite je le décolle en essayant d'utiliser tout le côté largeur afin de répartir l'effort et ne pas déchirer le tirage. Avec le plexiglass ça va bien.

Armand


Michel Glaize

@ Christian R :
Citation de: Christian R le 25 Novembre 2022 à 15:11:32J'ai (souvent mais pas toujours) obtenu des noirs très denses en 1 couche avec du NOIR POUR FRESQUE de chez Senelier
Ok, merci du tuyau Christian, je vais essayer ça aussi et en rendrai compte lorsque je posterai ici le résultat de tout ça avant de refermer ce topic

Michel Glaize

@ Armand
Citation de: Armand le 25 Novembre 2022 à 19:34:29Dans le cas de l'oléotypie sur verre (...)

Certainement, je vais étudier cette piste ! Un nouveau grand merci pour toutes ces indications précises qui complètent très clairement celles que j'ai pu trouver sur votre site http://aboleo57.wordpress.com/

Et, pendant que j'y suis, j'en profite (de façon désintéressée) pour partager que je trouve toutes sortes de papiers, de colles d'amidon et de conseils techniques avisés chez Artech Pro https://www.artechpro.fr/

Citation de: Armand le 25 Novembre 2022 à 19:34:29Je ne vois pas pourquoi en chargeant plus de pigment et en exposant plus longtemps la densité des noirs n'augmenterait pas.
Les explications que j'ai pu lire ou visionner ici et là (sur ce point particulier et merci surtout pour toutes les autres explications) ne m'ont pas beaucoup aidé, au contraire. Ma petite expérience est que charger une couche en pigments ou en épaisseur a le résultat exactement contraire à celui escompté. Il faut continuer à tester et à partager.

Je ne manquerai donc évidemment pas de publier un nouveau post ici dès que j'aurai trouvé mes réponses probantes à la question du topic.

Merci encore, bon WE,

Michel
www.michelglaize.com

PS : Il me semble qu'il y a un problème de lien vers votre page Modification de la procédure. papier japonais pour l'oleotypie ?


SMF spam blocked by CleanTalk