- Tirage Charbon -
Format 20 x 24 cm

Auteur : Sidney Kapuskar

> Visiter sa Galerie <
     A c c u e i l         G a l e r i e         A r t i c l e s         B o u t i q u e         F o r u m         C o n t a c t   


Négatif au Collodion - "Renforçage"


"Renforçage"... On pourrait croire à un abus de la langue Française. En effet, si l'ont saisit le mot "renforçage" dans un dictionnaire en ligne, celui-ci nous renvoie aussitôt une erreur puis vers le mot "renforcement".
Or, les vieux ouvrages traitant de la chimie de la Photographie comme le célèbre "Traité Général de la Photographie" du grand Van Monckhoven au 19e siècle, écrivent bien le terme "Renforçage" pour désigner l'acte de renforcer un négatif.

Mais que devons-nous comprendre exactement par "renforcer" ?

Renforcer un négatif exprime en fait l'action d'apporter de la matière, de la densité dans les noirs du cliché afin d'en accroître son pouvoir à rendre un tirage bien contrasté, constitué de blancs purs et de noirs profonds et non d'une gamme de gris plate et peu agréable à regarder.
Parfois, certains négatifs sont si peu denses dans les noirs, qu'il est impossible de les tirer, plus particulierement sur les procédés anciens, sans obtenir un résultat fade et décevant.

Les Photographes ont donc mis au point à travers le temps, diverses formules permettant de densifier le cliché négatif afin d'améliorer ses capacités à rendre de bons tirages.

Je vais m'intéresser ici au traitement du négatif au Collodion car c'est lui précisément qui a obligé les Photographes à trouver un moyen d'en accentuer sa densité pour produire des tirages acceptables.
Le Collodion révélé au Sulfate de Fer, de par la nature même du procédé, a beaucoup de mal à prendre de la densité dans les noirs. C'est comme ça, on n'y peut rien.
Que l'on tente de prolonger l'exposition, les temps de développement, de charger le Collodion en sels sensibles, rien à faire, les noirs resteront faiblement denses...

Une technique consiste donc à traiter le négatif arrivé au bout de sa séquence normale de développement en deux temps.
Premier temps, on blanchit l'image par une solution de Bromure Cuivrique.
Second temps, on révèle à nouveau l'image par une solution de Nitrate d'Argent.
Ceci va apporter de la matière dans les noirs, donc les renforçer, bien au delà du premier développement au Fer.

Superbe ! Le seul inconvénient est qu'il faut exécuter ce traitement lorsque la plaque est encore humide !
Renforcer un négatif au Collodion exige donc de produire sa plaque normalement puis de la renforcer dans la foulée, avant qu'elle ne sèche. Il faut donc travailler très vite dans la production de la plaque sans quoi le renforçage deviendra impossible.

Dans l'exemple qui suit, la séquence totale de traitement, c'est à dire fabrication de la plaque, exposition, développement, renforçage, m'a demandé 15 à 20 minutes. Je pense qu'il est possible de prendre un peu plus son temps si la plaque reste la majeure partie de ce temps en contact avec les liquides.

Voyons donc à présent cette fameuse technique de renforçage...


Il faut peu de chose en somme pour effectuer le renforçage :

- Bromure de Potassium
- Sulfate de Cuivre
- Nitrate d'Argent

Il faut finalement de petites quantités de chimie pour traiter un grand nombre de plaques.
De même, ces solutions peuvent être encore diluées et peuvent se conserver "indéfiniment".
Il faudra simplement les filtrer souvent afin d'éliminer les particules en suspension à force de traitements.
Le renforçage demande la fabrication de deux solutions différentes. L'une de blanchiment, l'autre de redéveloppement.
Je prépare donc la première solution de blanchiment au Bromure Cuivrique.
Pour celà, je procède en deux temps.
D'abord, je pèse 40 grammes de Sulfate de Cuivre dans un bécher auxquels j'ajoute 250ml d'eau. (le Sulfate de Cuivre se dissout lentement.)
Je rappelle que vous pouvez facilement réduire encore les quantités de chimies pour une même quantité d'eau.
Dans un second bécher, je pèse 20 grammes de Bromure de Potassium dissous dans 250ml d'eau.
Les deux solutions du bain de blanchiment peuvent à présent être réunies.
Je verse donc lentement la solution de Bromure de Potassium dans la solution de Sulfate de Cuivre en agitant continuellement.

La température de la solution va s'abaisser considérablement.
Je prépare ensuite la solution de redeveloppement au Nitrate d'Argent.
Je ne m'étends pas sur cette étape, il suffit de dissoudre 12 grammes de Nitrate d'Argent dans 500ml d'eau. (Même chose, vous pouvez sans problème ne dissoudre que 5 grammes de Nitrate d'Argent dans ces 500ml d'eau).

Ci-contre, la solution de blanchiment au Bromure Cuivrique à gauche et la solution de redéveloppement au Nitrate d'Argent à droite.

On peut constater qu'il n'y a rien de compliqué dans les formules et leur élaboration.
Nous pouvons donc passer à l'action !
Je passe donc toute la séquence de traitement normale d'une plaque au Collodion. La différence résidera simplement dans la durée d'exposition.
Pour un négatif, j'ai pu mesurer qu'il faut exposer en moyenne trois fois plus que pour un Ambrotype. On peut voir sur l'image ci-contre que la plaque est fortement surexposée. La Photo est simplement celle d'une Pivoine abandonnée dans un verre.

On peut voir par transparence, que la densité est réellement très faible ! Ici, le tirage effectué à partir de cette plaque et que ce soit sur Papier Salé, Cyanotype ou autre, sera sans contrast.
La première étape du renforçage est donc le blanchiment de l'image.
Dans une cuvette plate, je verse rapidement la solution de blanchiment au Bromure Cuivrique sur la plaque encore humide.

Le blanchiment est très rapide, assez magique à observer, il ne prend que quelques secondes.
Ci-contre, l'image en cours de blanchiment à mesure que je verse la solution sur la plaque.
L'image est totalement blanchie en 20 à 30 secondes...

Il va ensuite falloir rincer la plaque correctement dans plusieurs bains d'eau froide du robinet pour terminer par un dernier bain à l'eau déminéralisée.
En effet, sans ce dernier bain, les Chlorures contenus dans l'eau de rinçage précipiteraient avec les sels d'Argent du bain de redéveloppement suivant.

Une fois le rinçage effectué, nous pouvons passer à l'étape proprement dite du renforçage à l'Argent par redéveloppement.

Ici, la réaction est extrêmement rapide et insaisissable sur la photo.
Il faudra donc faire preuve de dextérité pour immerger la plaque dans la solution de Nitrate d'Argent rapidement afin d'éviter les zones. Le plus efficace serait de disposer d'une cuve verticale comme la cuve qui sert habituellement à sensibiliser la plaque au Collodion.
Vous pourrez donc voir lors de votre premier renforçage, la plaque blanchie prendre de la densité en une fraction de seconde.
Le renforçage est maintenant terminé... Il suffira de bien laver la plaque pendant quelques minutes à l'eau froide.
Rien de sorcier, il faut simplement être rapide et propre.

Cependant, il faut garder à l'esprit que le renforçage demande des plaques avec le moins de défauts possible. En effet, chaque imperfection sera renforcée comme le reste de l'image et apparaitra d'autant plus.

Petite précision encore, mais très importante, on peut renforcer plusieurs fois une même plaque afin de faire monter encore la densité et le contrast du cliché. On répète le cycle entier de blanchiment/redéveloppement autant de fois qu'on le voudra, mais il faut vraiment prendre garde aux imperfections.


Voici enfin le lien vers la discussion sur le forum où toute question ou tout commentaire concernant cet article pourront y être déposés :

http://disactis.com/forum/index.php?topic=739.0



2267307 ème visite
74 visiteur(s) en ligne
1783 visite(s) aujourd'hui
Disactis.com 2002-2016